index alphabétique

ABC D E F G H  I  J  K LM N  O PQRST U  V  W  X  Y  Z Tout


BOUILLON BLANC

Verbascum thapsus.
F. botanique des Scrophulariacées.


Une des sept fleurs pectorales

Autre(s) nom(s) : Molène, Herbe de saint Fiacre, Cierge de Notre-Dame, Bonhomme, Oreille de loup, blanc de mai

Habitat : plante commune dans toutes les régions tempérées d'Europe, d'Asie de l'ouest, du nord de l'Afrique et de l'Amérique.

Partie(s) utilisée(s) : la fleur

Indications : Affection des bronches, Asthme, Emphysème.

Propriétés : Sédative, Pectorale, Résolutive


Autrefois, elle était utilisée par les pauvres qui en remplissaient leurs sabots pour les rendre plus confortables et se protéger du froid. Dans le langage des fleurs, le bouillon blanc est le symbole du confort. Ses vertus sont connues de longue date. Au Moyen Age, en dehors des utilisations qui sont restées courantes aujourd'hui, les médecins conseillaient le suc de Bouillon blanc pour la goutte et les hémorroïdes, cela après une curieuse préparation qui consistait à piler ensemble les feuilles et les fleurs, puis à les laisser pourrir dans une «tinette» de bois fermée hermétiquement avec du plâtre, récipient que l'on exposait au soleil ou que l'on enfouissait dans du fumier ; au bout de trois mois de ce qu'on appelait une « digestion », on exprimait le suc qu'on conservait dans des flacons bien bouchés et qu'on appliquait sur les régions douloureuses.

Les fleurs du bouillon blanc font partie des fleurs pectorales : coquelicot, guimauve, mauve, pied-de-chat, tussilage et violette. Depuis des siècles, ce végétal jouit d'une haute considération. Encore actuellement, dans certains villages, il est conservé précieusement, car ses propriétés curatives, dans les crises aiguës de goutte, et son action bénéfique sur les furoncles, les panaris et même les hémorroïdes sont incontestables et reconnues depuis toujours.

Linné raconte qu'au Moyen Age les mendiants appliquaient des renoncules scélérates pour faire pousser sur leur peau de vilains ulcères, afin d'inciter à la pitié les âmes charitables. Ils se soignaient ensuite en appliquant sur les plaies des feuilles de bouillon blanc qui assuraient la guérison.

  • PORTRAIT
  • EN PRATIQUE
  • CONSEILS D'UTILISATION
  • CONTRE INDICATIONS
  • LES PRÉPARATIONS
Le bouillon blanc est une plante bisannuelle à racine pivotante, fibreuse et blanchâtre. Sa tige très haute, de 1 à 2 mètres, est droite, effilée, simple, très cotonneuse, elle porte des feuilles grandes, ovales, crénelées, cotonneuses, vert blanchâtre. Les fleurs, grandes, jaunes, sont groupées en un long épi terminal très serré. Elles sont visibles de juin à septembre.